Déclaration de politique générale

Déclaration de politique générale

Sous cette législature, nous souhaitons inscrire la politique communale dans le cadre d’un Plan Stratégique Transversal (PST), qui permet de fixer des objectifs et des critères d’évaluations, afin de vérifier que chacun des objectifs que nous nous serons fixés aura été atteint. Ce PST sera également un document évolutif, qu’il sera possible de réajuster en cours de législature.

Le PST pourrait être obligatoire en 2018. L’adopter est une manière de se préparer, de tester, d’ajuster et de participer à la réflexion qui permettra de définir clairement la forme qu’il prendra en 2018. C’est une manière d’être proactifs et de ne pas prendre le train en retard. Dès que l’appel à projets de la Région Wallonne sera lancé, nous poserons notre candidature pour nous inscrire dans cette démarche.

Adopter le PST nous dispense de réaliser une Déclaration de politique générale dans les trois mois, comme c’est demandé dans le Code de la Démocratie Locale. Cela dit, comme la réalisation du PST est échelonnée sur quasiment une année, il nous semblait important de passer par cette étape et de définir en conseil communal quels seraient nos axes d’action pour la législature 2013-2018.

Affaires sociales et santé

En matière d’affaires sociales, nous veillerons à soutenir les actions du CPAS, tout en nous assurant que l’autonomie de la personne soit visée. Nous favoriserons les politiques qui visent à aider les personnes en situations difficiles, tout en examinant avec elles les possibilités pour pouvoir à terme retrouver leur indépendance et se relancer dans la vie active.

Nous serons particulièrement attentifs également aux questions qui peuvent avoir un impact sur les personnes fragilisées (isolement, cout de l’énergie, difficultés administratives, accès aux soins de santé…) et nous proposerons des réponses, des conseils pour les guider (guide des soins de santé).

Le plan de cohésion sociale doit être l’occasion d’impliquer les partenaires de la commune dans cet objectif commun de lutte contre la précarité et la fragilisation de ce public (Lire et écrire, ASBL qui luttent contre les assuétudes…).

Agriculture

Nous continuerons le travail de la Commission agricole et la collaboration bénéfique avec les agriculteurs. Nous veillerons à l’entretien des voiries agricoles, à leur empierrement. Nous les aiderons à trouver des solutions pour faciliter l’exercice de leurs activités. Nous aiderons à l’installation d’une station IRM sur le territoire de la commune, afin que les épisodes climatiques extrêmes puissent être reconnus plus rapidement et donner lieu à une indemnisation plus efficace.

Aménagement du territoire

Nous réexaminerons les options prises dans le schéma de structure et nous le réorienterons si nécessaire, afin de profiter de ce travail pour réfléchir à ce que nous voulons comme villages dans notre commune. C’est également une occasion d’articuler cette vision avec les objectifs du SDER et de le traduire à notre échelle, en nous l’appropriant et en définissant, à notre manière, les territoires centraux. Il faudra veiller à ce que chaque village soit respecté dans ses caractéristiques et que les services existants soient maintenus. Les opportunités d’ouvrir de nouveaux services doivent être saisies également lorsqu’elles se présentent. Une vision claire de l’aménagement du territoire, à travers un schéma de structure, peut nous y aider.

Cultes

Nous veillerons à garantir une bonne collaboration avec les fabriques d’Église. Le patrimoine religieux dans notre commune est important et doit être entretenu. Une attention particulière doit être portée aux églises les plus remarquables (Tintange, Bodange, Hollange…) et aux petits monuments funéraires à sauvegarder.

Les cimetières doivent être mis progressivement aux normes, et des possibilités d’agrandissement doivent être trouvées dans certains villages, sans dénaturer le caractère de ces lieux de recueillement.

Culture

L’accès à la culture doit rester une priorité dans le développement des services dans notre commune.

La culture immatérielle, le folklore, les traditions sont des piliers importants de notre vie culturelle. Ils doivent être encouragés, soutenus. Il faut notamment accompagner les démarches visant à perpétuer la mémoire de nos villages (par exemple, le projet Mémoire civile à Sainlez, ou le projet Mémoire du tram).

Quand des possibilités existent de donner à Fauvillers de nouvelles opportunités d’ouverture d’offres culturelles, elles doivent être saisies, en partenariat avec les acteurs déjà impliqués sur le territoire (SI, cercle d’histoire, CCCA, ASBL culturelles). L’aménagement de la maison rurale de Fauvillers peut constituer une de ces opportunités. L’accès à de nouvelles ressources doit être exploré (bibliothèque, cinéclub). La remise à neuf d’éléments existants (la ludothèque) doit également être une préoccupation de cette législature.

Enfin, les initiatives musicales de la CCCA doivent se poursuivre, en ce qu’elles permettent un accès à une culture de haute qualité au sein même de nos villages.

Communication et tourisme

Nous explorerons différentes pistes pour améliorer la communication entre les citoyens et la commune : newsletter, modernisation du site de la commune, évolution du bulletin communal, permanences sur rendez-vous.

Une meilleure communication passe également par une réorganisation des bureaux au sein des services communaux et par des indications plus claires à l’accueil du bâtiment.

Le site de la commune doit devenir à terme une référence pour toute personne désireuse de visiter notre belle commune. Les initiatives de mise en valeur de notre patrimoine culturel et naturel doivent être entreprises également en partenariat avec le parc naturel.

Énergie

La première chose à mettre en place au niveau de l’énergie est une rationalisation de notre consommation pour l’amener à diminuer sensiblement avec des mesures simples : sensibiliser le personnel et l’amener à éteindre plus systématiquement les appareils plutôt que de les laisser en veille prolongée, sensibiliser les enfants dans les écoles aux mêmes problématiques pour leur donner immédiatement les bonnes habitudes en matière d’économie de l’énergie…

Une attention particulière devra être portée aux économies d’énergie dans les bâtiments publics, en sollicitant l’Ureba exceptionnel chaque qu’il est possible.

Tout nouveau projet de bâtiment public devra être pensé en termes de performances énergétiques, la piste des réseaux de chaleur ou d’électricité devra être explorée et les opportunités qui se présenteront en cours de législature seront saisies.

Enseignement

En matière d’enseignement, les moyens seront mis pour adapter les locaux aux nécessités des différentes implantations (cyberclasse et nouvelles technologies, adaptation au nombre de classes). Nous travaillerons avec les enseignantes et la direction pour permettre à chacun de s’inscrire dans des projets porteurs, adaptées aux spécificités et aux compétences de chaque enseignant. Le projet d’établissement devra pouvoir évoluer en concertation avec les enseignants.

Au niveau des cantines, une offre de repas chaud sera étudiée à la rentrée 2013 en fonction de la demande qui se sera, ou non, manifestée.

Gouvernance

L’adoption d’un PST, si la commune est retenue, nous permettrait de nous donner des objectifs évolutifs et de les articuler avec les moyens mis à disposition. La démarche d’évaluation constante permettra, en continu, de nous situer par rapport à ceux-ci.

La démocratie participative est très importante. Les commissions consultatives doivent pouvoir se renouveler et garder le dynamisme qu’on leur connait. Leur avis est important pour éclairer la prise de décision et pour susciter des initiatives.

Les procédures de marchés publics doivent pouvoir se professionnaliser également pour éviter des soucis de procédure rencontrés par le passé.

Jeunesse et sports

Fauvillers est une des communes les plus jeunes de Belgique. Son avenir est aussi dans le maintien des jeunes dans notre région et cela passe par la qualité de vie dans nos villages. Les associations de jeunes et sportives doivent être accompagnées, soutenues, et leurs initiatives encouragées. Des campagnes de prévention doivent pouvoir être menées à leur égard pour garantir la sécurité des soirées. Les jeunes doivent être consultés dans les démarches ou aménagements qui les concernent, impliqués et responsabilisés dans la gestion des biens qui leur sont confiés.

Logement

Au niveau du logement social, dans le cadre du prochain plan pluriannuel, les investissements doivent être pensés en fonction de la mobilité et des grands axes, car le public demandeur de ces logements est souvent un public pour qui les distances sont un souci majeur. À l’avenir, quand des opportunités se présenteront, la logique des logements sociaux devra pouvoir se concevoir comme un investissement sur plusieurs communes.

La réalisation d’un logement d’urgence permettrait de prévenir les difficultés que pourraient rencontrer certains de nos concitoyens confrontés à des situations délicates.

La création ou l’adaptation de certains logements pour des personnes âgées restent également une préoccupation et des partenariats avec d’autres communes peuvent permettre également de dégager des solutions.

Petite enfance

Le déficit en termes d’accueillantes de la commune de Fauvillers est criant. À cela viennent s’ajouter les soucis en ce qui concerne le coaccueil (statut des accueillantes, fin des subsides) qui pourraient faire craindre pour le long terme. Une politique doit être menée de manière efficace pour aider à l’ouverture de places d’accueillantes et plusieurs pistes seront explorées (plan cigogne, poursuite du coaccueil, primes à l’ouverture de places à domicile).

Politique de l’eau

L’état du réseau d’eau sur l’ancienne commune de Fauvillers nécessite des investissements. Une évaluation de ces investissements et de leur impact sur le cout de l’eau doit avoir lieu (en vertu du cout-vérité) avant toute décision et les citoyens devront être consultés à ce sujet. La facturation, en fonction de la décision prise, devra être reprise dans le giron communal.

PME

La solidité à long terme du tissu économique de notre commune passe par la vitalité de ces petites et moyennes entreprises. La commune doit agir comme partenaire, en les consultant dans les procédures de marché public, en les aidant à s’installer, à trouver des solutions de viabilité, en les mettant en valeur vis-à-vis de l’extérieur ou de la population (site internet, bulletin communal). Dans le cadre d’un prochain PCDR, il pourrait être intéressant d’envisager de réaliser un espace public à disposition de jeunes entreprises qui veulent se lancer dans des conditions favorables.

Sécurité et mobilité

La sécurité routière sera une préoccupation. À travers la participation à la zone de police, et l’achat de matériel de prévention (ralentisseurs, radars préventifs…), il faut amener à réduire la vitesse sur certains tronçons de route de nos villages, particulièrement dangereux. Des campagnes de sensibilisation seront nécessaires également.

Les offres de mobilité alternatives (locomobile) devront continuer à être soutenues. Toute opportunité dans les transports en commun devra être saisie, et les services devront être pensés pour être adaptés à l’offre existante.

Partager le contenu :